Skip to content

Vulnérabilité et humanité : un lien à considérer pour évoluer

 

Pour plusieurs personnes, le regard des autres est important et détermine la valeur qu’elles se donnent. Aussi, elles veulent montrer, consciemment ou non, qu’elles sont fortes, sans failles, invulnérables. Les perfectionnistes entrent dans ce schéma avec l’idée que plus c’est parfait, plus l’autre va me reconnaître, moins je risque d’être jugé négativement. Cependant, quand une situation problématique arrive, ils se sentent coupables, voire honteux, de ne pas être à la hauteur, d’avoir abandonné … de ne pas être parfait. Le paraître devient alors plus important que l’être.

Et si, comme le propose Brené Brown[1], nous regardions les situations au regard de la vulnérabilité et nous méditions sur ces 3 questions :

  • Quelles sont les injonctions et les attentes qui définissent notre culture, et comment la culture influence-t-elle nos comportements?
  • En quoi nos difficultés et nos comportements sont-ils liés au fait de nous protéger (stratégies défensives)?
  • En quoi nos comportements, pensées et émotions, sont-ils liés à la vulnérabilité et au besoin d’un fort sentiment de valeur?

En nous posant ces questions, nous changeons la perspective. Nous mettons des lunettes qui permettent de regarder l’environnement ainsi que les individus qui cherchent à s’adapter, tout en se protégeant.

La société veut des personnes qui performent et qui ne s’effondrent pas. Elle valorise les personnes qui donnent toujours plus d’elles-mêmes et qui s’oublient. Si par malheur elles lâchent, elles sont recadrées, voire exclues. Parfois, comme nous l’avons vu, l’individu lui-même va se sentir honteux d’avoir lâché. Tout ceci peut amener la personne à se démotiver, à ne plus oser de choses nouvelles, à ne pas se dépasser pour ne pas sortir du lot. À ne pas être, tout simplement.

S’ignorer pour paraître, au prix d’une course effrénée, voire d’une lutte, qui peut mener au chaos, au burn-out, à la séparation ou autre est un non-sens sur le plan humain. Quand nous repoussons notre vulnérabilité, nous ne laissons pas de place à l’incertitude, à l’erreur et à la joie, qui sont des éléments essentiels de la vie.

Une autre des raisons qui est associée à l’importance de paraître est que la vulnérabilité est trop souvent assimilée à la faiblesse, comme si le fait de ressentir et de s’ouvrir à ses émotions était faire preuve de faiblesse. Bien au contraire, être vulnérable c’est oser reconnaître ses erreurs, c’est faire preuve d’humilité, d’amour et de compassion. C’est être courageux pour oser prendre de nouvelles directions, c’est être vrai et avoir foi en la vie et en l’humanité.

« Oser être vulnérable, c’est ça le vrai courage! » Brené Brown

Nous pouvons dire que la volonté de se découvrir au sens d’enlever ce qui nous couvre, d’enlever les voiles qui nous empêchent d’être qui nous sommes vraiment, montre un courage qui ne peut être assimilé à une faiblesse. En découvrant nos failles, nous nous permettons et nous permettons aux autres d’être. La pression d’être parfait est alors moins pesante. Ce n’est plus un but en soi.

Mais alors, comment oser être vulnérable?

Examiner la peur d’être vulnérable, d’oser et risquer d’échouer est essentiel. Aussi, prendre le temps d’apprécier qui nous sommes, avec nos côtés ombres et lumières, d’apprivoiser notre vulnérabilité permet de dépasser cette peur et de redevenir humain, tout simplement.

La vulnérabilité est une force. Les personnes qui ont vécu de grandes épreuves dans leurs vies telles que la violence conjugale ou un burn-out … et qui se sont relevées ont fait face à leur vulnérabilité. Elles ont accueilli leur histoire, aussi douloureuse soit-elle et fais face à leurs sentiments de honte, de colère, etc. pour les transformer en amour. Elles ont pris le temps de s’apprécier, d’avoir de la compassion. Ainsi, elles ont transformé la situation en étant bienveillantes envers elles-mêmes, en acceptant leur nature humaine et en apprenant à ne pas être dans les extrêmes en termes d’émotion, c’est-à-dire en relativisant les excès. La méditation pleine conscience permet de le faire.

En reconnaissant que vous êtes humain, en vous reconnectant et en prenant soin de votre humanité, de votre vulnérabilité, vous reconnaissez votre caractère unique et votre valeur. Vous ne les conditionnez plus uniquement au regard des autres.

Accepter sa vulnérabilité, c’est reconnaître son humanité

Nous pouvons savoir ce qu’est la vulnérabilité, mais ce qui est plus important, c’est ce que nous sommes. Nous sommes des êtres humains qui avons besoin d’expérimenter et d’évoluer. Nous faisons partie d’un monde ou l’incertitude est omniprésente. Sans intégrer pleinement notre droit à l’erreur et notre capacité de nous ajuster, il nous est difficile d’aller de l’avant et de changer. Les individus comme les organisations se doivent de considérer cela si elles veulent mieux gérer l’incertitude.

Pour en apprendre davantage sur la vulnérabilité, je vous invite à lire l’excellent livre de Brené Brown sur ce sujet : le pouvoir de la vulnérabilité (2012).

Marguerite Hauteville

Coach professionnelle certifiée, hypnothérapeute et infirmière

[1] Brown, Brené (2012). Le pouvoir de la vulnérabilité, Éditions Guy Trédaniel,  318 pages.

Laissez un commentaire





Aucun produits dans le panier
Scroll To Top